Logiciel libre : questions précises et réponses vagues

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Licence libre

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 8 septembre 2009

What is GPL ? Qu'est ce que la licence GPL ? FSF Europe Interviews vidéos

Bonjour,

Voici deux réponses vidéos , une en français et une en anglais, faite respectivement par Michel Roche et Reiner Kersten de la Free Software Foundation Europe.

La GPL est la licence la plus utilisée dans l'univers des logiciels libres (environ 70% des logiciels libres) mais elle s'applique aussi à l'art. Nous comprenons dans ces interviews que la GPL est avant tout un état d'esprit qui propose d'ouvrir et de distribuer les œuvres.


Qu'est-ce que la licence GPL ? par Michel Roche - FSF Europe

What is GPL License ? by Reiner Kersten - FSF Europe

A noter que la GPL ne fait pas l'unanimité ce qui explique l'existence de nombreuses autres licences, voir le post de Philippe sur le sujet.

La GPL reste cependant historiquement liée au mouvement du libre et à son créateur Richard Stallman (Créateur à la fois de la GPL, de la FSF et du mouvement du logiciel libre en général).

Jonathan

mardi 2 décembre 2008

Microsoft et le petit Linux rouge

Bonjour,

Un petit post sur le ton de l'humour concernant le soudain revirement stratégique de Microsoft à l'égard de l'open source.

La sincérité d'une telle démarche peut être mis à mal par la stratégie de domination du marché de l'entreprise des deux dernières décennies, d'autant que le mouvement du libre a trouvé en elle une icône du combat contre le "maaaaaaaaaaaaal" :-o (caricature que l'entreprise à alimenter par des erreurs stratégiques) !

Mouvement de guérilla qui a durée pendant plusieurs années et que le libre semble être en cours de remporter un petit morceau de gâteau tombé par terre...

Pourtant la firme a souvent dit qu'elle était à l'écoute du libre (Oh grand-mère comme tu as de grandes oreilles...) Elle a mène développer des partenariats avec d'éminents membres du libre (Oh grand-mère comme tu as un long nez...)

Mais le danger est-il réel ? Question légitime quand on sait que le loup est dans la bergerie et malgré son bonnet de grand-mère il a toujours les dents bien aiguisés (Oh Grand-mère que tu as de grandes dents...)

Le danger ? Mais de quel fantasme parle-t-on ? Vous connaissez vous une entreprise qui accepte de laisser partir ses parts de marché pour une "vision communautaire" ? Pensez-vous sincèrement que l'on laisse rentrer un ennemi sous sa maison et on lui ouvre ses secrets ? Connaissez-vous le proverbe du scorpion et de la grenouille ? Malgré que la grenouille ait aidé le scorpion a traversé une étendue d'eau celui-ci la pique et ils se noient tous les deux. Pourquoi ? "Parce que tu es une grenouille et moi un scorpion".linux_vs_microsoft.jpg

Bref sans être philosophe, ni avoir un sens inné de la stratégie, on comprend facilement que Microsoft est venu au libre par la force des choses mais qu'elle n'aura de cesse que d'influencer au maximum le marché pour qu'il aille dans son sens (propriétaire).

Peut-on lui reprocher cette stratégie ? Pas vraiment car à leur place on ferait sans doute la même chose... Mais comprendre ne veut pas dire forcément accepter !

Tel le petit skywalker face à l'empire obscur : "Le combat continue" ;-))

A bientôt, Jonathan

mercredi 19 novembre 2008

Open source: vers une démarche qualité ?

Bonjour,

Je vous invite à lire l'article "Open Source : les entreprises adoptent le modèle sans le maîtriser" du LeMagIT

Le commentaire de Christian est lui aussi intéressant.

Je rejoins Christian sur les risques juridiques associées à l'open source. L'open source n'est pas plus contraignant qu'une licence classique voir beaucoup moins sur de nombreux aspects. Le tout est de savoir la finalité de l'utilisation de l'application choisie:

- Veut-on intégrer l'application dans notre SI ?

Dans ce cas la licence a peu d'impact sauf dans le cas de licence spécifique, sachant que la grande majorité des logiciels sont sous licence GPL qui ne pose pas de problème particulier.

- Veut-on intégrer cette solution dans le but de redistribuer gratuitement ou commercialement une solution ?

Cette situation est plus complexe car les licences open source ne se marient pas obligatoirement entre-elles et il faut savoir que la licence GPL est contaminante. On ne peut donc associer une GPL avec une autre licence de quelque nature que ce soit. Le cadre juridique de cette licence a été largement validée par les juristes dans le monde entier.

C'est la notion de redistribution qui est importante dans l'open source et pas forcément celle d'utilisateur final à contrario du modèle propriétaire.qualité

Par contre mettre en place une procédure de gouvernance, sélectionner l'open source sur des critères visant à limiter les risques sur le long terme (communauté, activité...), voilà des points importants et essentiels quand on choisit une solution open source.

Open source ne veut pas dire cheap, ni low cost, il faut développer une démarche qualité stricte qui prouvera à terme que ces solutions sont aussi viables que les autres (et non plus un discours de militant entre Pro et Anti).

Jonathan

vendredi 31 octobre 2008

Créer un logiciel: Démarrer avec l'open source ?

C'est LA question existentielle de toute structure qui veut développer son propre logiciel. D'ailleurs on me harcèle tous les jours dans la rue pour me poser la question ;-)

Si dans le secteur non marchand cela ne pose pas beaucoup de problème, par contre pour une start up ou une entreprise qui veut développer un logiciel avec une équipe technique réduite, c'est un véritable casse-tête.

Les raisons qui font de l'open source un bon moyen pour lancer un logiciel:mozdev09.png

- Lisibilité accrue et large diffusion du logiciel sur un marché saturé par des gros éditeurs, Bien sûr, il faut avoir conscience qu'il y a déjà un nombre important de logiciels open source et qu'il va falloir faire la différence en proposant une solution déjà bien avancée.

- La possibilité de corriger ces bugs et de nettoyer son code grâce à la communauté: Cela dépend bien évidement du type de licence choisie et du mode de gestion des implémentation. Il faut aussi intéresser des développeurs pour qu'ils se penchent dessus.

- Externaliser une partie de l'évolution de la technologie: Donc un investissement moindre et un résultat qui peut prendre des formes variés.

Les risques

- Risque de cannibalisation si on n'a pas su bien choisir sa licence: En cas de doute choisir une GPLv3 ou alors une aGPL en mode ASP.

- Forking et autres problèmes de fourchette: Eh oui beaucoup de développeurs ne seront pas d'accord avec vous sur l'évolution du logiciel alors faîtes attention de ne pas virer trop rapidement vers "C'est moi qui l'ai fait, c'est moi qui décide" sinon vous allez vite vous sentir seul dans votre garage en petit geek abandonné.

Juste pour dire que l'on ne doit pas céder à l'angélisme et que le choix de l'open source n'est pas anodin. C'est vrai qu'avec une licence propriétaire on n'a besoin que de se poser la question si futile de nos jours: Où trouver l'argent ;-)

A vous d'y réfléchir

A bientôt, Jonathan

mercredi 22 octobre 2008

Le principe du Copyleft: Copier n'est pas joué!

« Copyleft - all rights reversed »*

Le terme copyleft est un jeu de mots par rapport à copyright et à copy left (copie laissée ou copie autorisée). On le traduit en français par gauche d'auteur.

Les licences copyleft sont des licences libres auxquelles sont adjointes une clause dite copyleft. Le principe essentiel est d'imposer, à celui qui l'accepte, de dévoiler le code source des programmes concernés et de toutes les modifications qui pourraient lui être apportées, mais aussi la libre circulation du code sous la seule restriction de conserver son caractère "ouvert" (Jullien et Zimmermann, 2002). Ainsi les licences copyleft permettent à quiconque d'utiliser, copier, étudier, modifier et distribuer l'œuvre sous la condition que l'utilisateur devra laisser l'œuvre sous les mêmes conditions d'utilisation, y compris dans les versions modifiées ou étendues.

Vous vous doutez que cela n'est pas aussi simple ;-) GPL v3 La notion de gauche d'auteur est un terme fréquemment utilisé dans la littérature juridique car elle est à la base de la différenciation entre les licences libres. Ainsi les licences sont scindées en deux grandes familles, celles dite copyleftées, comme la GPL (General Public licence) et celles free bsd permissives, par exemple la BSD (Bekerly Software Distribution). On peut aussi ajouter le terme de licence non-copyleftée, que l'on retrouve dans certains textes, qui se rapproche de celui de permissive. Il existe aussi une distinction entre les différents degrés de copyleft ainsi il existe des logiciels avec un copyleft fort et d'autre avec un copyleft standard ou faible. Le copyleft fort, présent dans la licence GPL par exemple, interdit la combinaison du produit avec des produits propriétaires. Il s’agit d’une licence dite « contagieuse », puisque toute association d’un autre produit rend les développements tiers également Open Source. Le copyleft faible ou standard limite ces restrictions. Ainsi, il est possible d’utiliser des produits sous LGPL (Lesser General Public licence) par exemple dans des développements privés.

Vous comprendrez donc que la nature de la licence du logiciel libre peut avoir des effets importants. Il est donc essentiel quand on veut utiliser ou implémenter une solution de vérifier sa compatibilité avec la licence.

  • Jeu de mot de Don Hopkins tournant en dérision l’habituelle mention Copyright - « all rights reserved » est extrait d’une lettre adressée à Richard Stallman en 1984.