Bonjour,

Mes deux précédents post avaient vocation de mettre en exergue les points faibles de la stratégie open source de certains éditeurs (et pas tous !). Ces points faibles ne doivent pas cacher l'importance de la démarche et le COURAGE stratégique de choisir un modèle en construction. C'est une démarche stratégique innovante et risquée.

Au delà de ce challenge en terme de modèle économique, le principe fondamental est là: la mutualisation. En fournissant, même en décalage, les outils développés en open source on œuvre pour le bien collectif. L'open source a vocation à circuler, être copié, modifié... Pour l'intérêt collectif que ce soit du concurrent (aie!) que de l'utilisateur lambda (pro ou particulier).107.jpg

Dans cette démarche, l'open source se rapproche de la recherche: Une bonne dose de compétition, une course à l'excellence mais à la fin tout le monde profite des résultats.

En poussant le marché vers le haut technologiquement (sans le capter), l'open source favorise l'innovation, la concurrence par l'excellence (et pas par la dépendance)... C'est pour cela que beaucoup d'ultra libéraux, qui ne sont pas les plus sensibles au principe de mutualisation ;-), sont pour l'open source car il favorise l'interopérabilité, la concurrence sur les marchés...

De mon côté, je préfère y voir un bon exemple pour qu'un marché, celui de l'informatique, puisse proposer un modèle qui réponde à la fois à la logique économique pour les professionnels et puisse profiter aux particuliers, aux associations...Et éviter ainsi une "fracture numérique" entre les plus riches et les plus pauvres.

A bientôt, Jonathan